Lagarde au Quai d'Orsay ?

Publié le par Hughes Beaudouin

http://cache.20minutes.fr/img/photos/afp/2009-03/2009-03-13/article_photo_1236931306884-1-0.jpgLa rumeur court, galope... Rien de bien étonnant. A chaque annonce de remaniement ministériel, c'est la même histoire. Chacun, fort de quelques rumeurs plus ou moins fondées, y va de ses pronostics et commentaires. Et comme cette fois ci c'est le grand lessivage qui est annoncé... On joint donc notre voix au tohu bohu ambiant pour confirmer que l'arrivée de Christine Lagarde au Quai d'Orsay est une option sérieusement étudiée par l'Elysée. Et d'ailleurs de source sûre, et proche des intéressés comme on dit dans ces cas là, Christine Lagarde envisage l'hypothèse avec intérêt. Mais pose ses conditions. Du côté de l'Elysée, l'idée séduit car elle permet de mettre en face de" Mrs Rodham-Clinton une autre femme de dimension internationale" (je cite une source élyséenne). Et aussi de redorer le blason de la diplomatie française, terni ces dernières années par l'actuel occupant. Autre avantage, orienter le Quai d'Orsay vers la diplomatie économique. Ce que fera fort bien l'actuelle locataire de Bercy, qui je cite un de ses collaborateurs " se trouve très à l'aise dans les milieux internationaux, c'est ce qu'elle aime". Inconvénient et c'est là que Christine Lagarde pose ses conditions, elle n'acceptera pas que les affaires étrangères soient gérées à l'Elysée. Pas queestion que Claude Guéant et Jean-Daniel Lévitte soient les ministres officieux. Pour le conseiller diplomatique du Président, l'affaire pourrait être vite réglée, car il se dit qu'il pourrait quitter l'Elysée. Autre souhait émis par Christine Lagarde, élargir le périmètre du Quai d'Orsay en incluant dans ses compétences les négociations économiques internationales, actuellement du ressort de Bercy, et le G20. Cela redonnerait effectivement du poids au chef de la diplomatie et à un ministère jugé souvent poussiéreux et juste bon (je recite un conseiller) "à gérer les ressources humaines de la multinationale France". Mais le successeur de Christine Lagarde acceptera-t-il lui de voir son ministère déposséder de compétences essentielles? Tout dépend du personnage et de son poids politique. Résultat des courses très bientôt.

Commenter cet article