Barroso : l'humiliation jusqu'au bout

Publié le par Hughes Beaudouin

En une phrase, un diplomate français pose le décor : "On a écouté Barroso présenter son programme. Puis il a quitté la salle mais on l'a quand même laissé finir son dessert" Jusqu'au bout, le président de la Commission aura dû subir l'humiliation imposée notamment par le "Directoire" des grands Etats membres. Question de lui montrer, si c'était encore nécessaire, qui sont les vrais chefs à Bruxelles. Pas déstabilisé pour un sou, José Manuel Barroso s'est déclaré à l'issue de ce pathétique entretien d'embauche "heureux". Voilà l'essentiel est fait en ce jeudi soir, jour de sommet. Le Parlement européen validera probablement cette candidature, à moins que... Mais peu importe. Pour les 27, l'objectif est atteint, le président de la Commission est leur marionnette. Il ne tient sa légitimité que d'eux et peu importe si la crédibilité de la Commission dûsse en souffrir. "Les 27 et Barroso viennent d'infliger un coup fatal à la future Commission" me déclare, amer, un haut fonctionnaire européen qui en a pourtant vu des conseils, et des présidents de Commission. Les 27 ont joué le simulacre jusqu'au bout, avec l'incroyable complicité de Barroso. Le Portugais est venu présenter son "programme" lors du diner. 2 feuillets en anglais écrits au cours de la nuit. Une litanie de bonnes résolutions, d'engagements vagues, de beaux principes sur l'ambition européenne. Quelques mots sur l'agriculture pour faire plaisir aux Français, sur la compétitivité pour faire plaisir aux Britanniques. Rien dans cette lettre sur l'élargissement, sur le développement, la Méditerranée, la libéralisation des échanges, les voisins du Sud et de l'Est. Mais rien qui ne puisse choquer les diplomates français qui ne peuvent s'empêcher d'évoquer cette lettre avec ironie. Car tout cela n'est qu'un jeu de dupes. A l'heure du déjeuner, il n'y avait qu'un porte-parole de la Commission, plus aveugle que jamais, pour faire les louanges du Président de la Commission : "vous êtes de mauvaise foi vous les journalistes. Vous savez bien que tout ce qui n'est pas dans la lettre sera quand même prioritaire pour la prochaine Commission. Notre ambition est intacte" Alea jacta est....

Commenter cet article