Et Tchèques et mat pour les censeurs

Publié le par Hughes Beaudouin

Bravo les Tchèques qui sont sortis finalement par le haut du bourbier de cette désormais célèbre exposition "Entropa". Avec les mots justes, teintés parfois d'une émotion non feinte, les autorités tchèques ont renvoyé ce matin les censeurs à leurs chères études. "J'ai passé 40 ans derrière le rideau de fer, ce n'est pas maintenant que je vais approuver la censure" a lancé, le visage livide, l'ambassadrice tchèque auprès de l'Union européenne ce matin lors de l'inauguration. Et de montrer l'exemple. La partie de l'oeuvre représentant la Tchéquie (un écran où défile les citations les plus iconoclastes du président eurosceptique tchèque) a été allumé par le vice-premier ministre tchèque. Il fallait oser, ils ont osé...  On voit ainsi défiler les phrases suivantes : le changement climatique est un mythe, la crise alimentaire est la conséquence de l'interventionnisme de l'Etat.. Propos véritables tenus par Vaclav Klaus. De fait, les gouvernements qui ont protesté contre la représentation de leur pays : Bulgarie et toilettes à la turque et Slovaquie en saucisse enrubannée, ont baissé d'un ton. L'artiste David Cerny, auteur de toute l'oeuvre et de la mystification (voir post précédent) est venu en personne s'expliquer et s'excuser. Bon, on pourrait objecter que puisqu'il s'agit d'une oeuvre d'art acceptée comme tel par tous, aucune excuse n'était nécessaire. Mais bon... Chapeau l'artiste ! L'air de rien, la jeune république tchèque vient de donner une leçon aux Européens. (Photo Hervé Devavry)

Commenter cet article